Comparatif des charges sociales des dirigeants de SAS (SASU) et SARL (EURL)

salaire dirigeant cotisations salariales

Les charges sociales attachées aux revenus des dirigeants semblent être des éléments de choix lorsque l’on créé sa société.

Il faut savoir que le montant des charges sociales est différent si l’on est en EURL / SARL ou si l’on est en SASU / SAS.

Nous allons répondre à vos questions :

  • Comment évaluer les cotisations sociales ?
  • Faut-il mieux se verser un salaire ou des dividendes en fin d’exercice ?

Pour cela, nous n’allons pas vous présenter de calculs complexes incluant plein de taux différents, des coefficients, etc… Nous vous présentons les calculs essentiels, et vous verrez le détail avec votre comptable en temps voulu.

Nous préférons vous donner des exemples concrets en fonction de trois montants de bénéfices à distribuer :

Combien de charges devrez-vous payer sur cette somme ?

Nous répondons à vos questions et à chaque montant, nous examinerons trois situations :

  • 1 – Je ne me verse que des dividendes
  • 2 – Je me verse moitié dividendes, moitié sous forme de rémunération
  • 3- Je ne me verse qu’une rémunération.

Vous pouvez aussi directement consulter notre conclusion !

Chiffres utilisés :

  • Impôts sur les sociétés : 15% jusqu’à 38120€, 33,33% au delà.
  • Cotisations sociales sur les revenus : 45% pour les SARL, 82% pour les SAS.
  • Cotisations sociales sur les dividendes : 15% jusqu’à 1000€, 45% au delà pour les SARL et 15,5% pour les SAS.

Je réalise un bénéfice de 20.000 euros/an


1 – Je ne me verse que des dividendes

Vous souhaitez vous verser 20.000 euros sous forme de dividendes. Vous devez dans un premier temps retirer l’impôt sur les sociétés d’un montant de 15% (montant réduit jusqu’a 38.120€), soit 20000 x 15% = 3000 €, puis les charges sociales.

  SARL SAS
Montant de l’impôt sur les sociétés

15% x 20000 = 3000 €

Montant des charges 15,5% x 1000 = 155 €

45% x (17000 – 1 000) = 7200 €

Total des charges : 7200 + 155 = 7355€

15,5% de 17.000= 2550€
Montant restant au dirigeant 20000 – (3000 + 7355) =

9645 €

20000 – (3000 + 2550) =

14450 €

 

2 – Je me verse moitié de dividendes et moitié de rémunération

Si vous vous versez 10.000 euros en rémunération, il restera donc 10.000 euros à vous verser en dividende, somme à laquelle on retire l’impôt sur les sociétés de 15% (montant réduit jusqu’a 38.120€), soit un montant d’impôt de 10000 x 15% = 1500 €.

  SARL SAS
Montant de l’impôt sur les sociétés sur la part de dividendes

15% x 10000€ = 1500 €

Montant des charges sur la part de dividendes 15,5% x 1000 = 155 €

45% x (8500 – 1 000) = 3375 €

Total des charges sociales : 3375 + 155 = 3530€

15,5% de 8.500= 1275€
Charges sur la rémunération 45% x 10.000 € = 4500 € 82% x 10.000 € = 8200 €
Montant restant au dirigeant 10000 – (1500+3530) + 10000 – 4500 =

10470 €

10000 – (1500+1275) + 10000 – 8200 =

9025 €

 

3 – Je ne me verse que de la rémunération

Vous choisissez de vous verser uniquement une rémunération.

  SARL SAS
Charges sur la rémunération 45% x 20.000 € = 9000 € 82% x 20.000 € = 16.400 €
Montant restant au dirigeant 20000 – 9000  =

11000 €

20000 – 16400 =

3600 €

 


Je réalise un bénéfice de 40.000 euros/an


1 – Versement de dividendes uniquement

Vous souhaitez vous verser 40.000 euros sous forme de dividendes. Vous devez dans un premier temps retirer l’impôt sur les sociétés, puis dans un second temps les charges sociales.

  SARL SAS
Montant de l’impôt sur les sociétés

15% x 38120 = 5718

33,33 % x (40000 – 38120) = 627

= 6345 €

Montant des charges sociales 15,5% x 1000 = 155 €

45% x (33655 – 1 000) = 14695 €

Total des charges : 155 + 14695 = 14850 €

15,5% de 33655= 5217€
Montant restant au dirigeant 40000 – (6345 +14850) =

18805 €

40000 – (6345 + 5217) =

28438 €

 

2 – versement moitié de dividendes et moitié sous forme de rémunération

Vous panachez vos revenus en vous versant 20.000 euros en rémunération d’une part, et d’autre part, 20.000 euros en dividendes. Veillez à retirer au préalable l’impôt sur les sociétés et les charges des dividendes, en plus des cotisations sociales sur votre rémunération.

Ainsi, sur les dividendes, on retirera l’impôt sur les sociétés de 15% (montant réduit jusqu’à 38.120€), soit un montant de 20000 x 15% = 3000 €.

 

  SARL SAS
Montant de l’impôt sur les sociétés sur la part de dividendes

15% x 20000€ = 3000 €

Reste à verser 17.000 euros de dividendes

Montant des charges sur la part de dividendes 15,5% x 1000 = 155 €

45% x (17000 – 1 000) = 7200 €

Total des charges sociales : 7200 + 155 = 7355 €

15,5% de 8.500= 4185€
Charges sur la rémunération 45% x 20.000 € = 9000 € 82% x 20.000 € = 16400 €
Montant restant au dirigeant 20000 – 3000 + 20000 – (7355+9000) =

20645 €

20000 – 3000 + 20000 – (4185+16400) =

16415 €

 

3 – versement uniquement sous forme de rémunération

Vous préférez vous verser un montant mensuel fixe et déterminé à l’avance : voyons combien cela coûte.

  SARL SAS
Charges sur la rémunération 45% x 40.000 € = 18000 € 82% x 40.000 € = 32.800 €
Montant restant au dirigeant 40000 – 18000  =

22000 €

40000 – 32800 =

7200 €

 


Je réalise un bénéfice de 60.000 euros/an


 

1 – Versement de dividendes uniquement

Vous souhaitez vous verser 60.000 euros sous forme de dividendes. Vous devez dans un premier temps retirer l’impôt sur les sociétés et par suite, déterminer le montant des charges sociales.

  SARL SAS
Montant de l’impôt sur les sociétés

15% x 38120 = 5718

33,33 % x (60000 – 38120) = 7293

= 13011 €

Reste à verser en dividendes : 46989 €

Montant des charges sociales 15,5% x 1000 = 155 €

45% x (46989 – 1 000) = 20695 €

Total des charges : 155 + 20695 = 20850 €

15,5% de 46989= 7283 €
Montant restant au dirigeant 60000 – (13011 + 20850) =

26139 €

60000 – (13011 + 7283) =

39706 €

 

2 – Versement de la moitié en dividendes et l’autre moitié en rémunération

Vous panachez vos revenus en vous versant 30.000 euros en rémunération d’un coté, et de l’autre, 30.000 euros sous forme de dividendes. Pensez à soustraire le montant d’impôt sur les sociétés et les charges portant sur les dividendes, en plus des cotisations sociales qui s’appliquent sur votre rémunération.

 

  SARL SAS
Montant de l’impôt sur les sociétés sur la part de dividendes

15% x 30000€ = 4500 €

Montant des charges sur la part de dividendes 15,5% x 1000 = 155 €

45% x (25500 – 1 000) = 11025 €

Total des charges sociales : 11025 + 155 = 11180 €

15,5% de 25.500= 3953€
Charges sur la rémunération 45% x 30.000 € = 13500 € 82% x 30.000 € = 24600 €
Montant restant au dirigeant 30000 – 4500 + 30000 – (11180+13500) =

30820 €

30000 – 4500 + 30000 – (3953+24600) =

26947 €

 

3 – Je ne verse que de la rémunération

Vous préférez le versement d’un salaire.

  SARL SAS
Charges sur la rémunération 45% x 60.000 € = 27000 € 82% x 60.000 € = 49.200 €
Montant restant au dirigeant 60000 – 27000  =

33000 €

60000 – 49200 =

10800 €

 

Conclusion

En résumé :

Ce qu’il faut retenir sur le montant des charges suivant la société et le choix du mode de revenu :

  • Le montant le plus élevé est toujours le versement de dividendes en SAS
  • En SARL, le plus intéressant, quelque soit le revenu, est toujours le versement d’une rémunération.

En détail :

Quelque soit le montant, le revenu le plus élevé après règlement des charges et impôts est celui du dirigeant de SAS qui se verse uniquement des dividendes. Cependant, il ne faut pas négliger des inconvénients importants : le dirigeant de SAS sans rémunération n’a aucune couverture sociale et ne cotise pas ou peu à la retraite.

Pour pallier à ce défaut, on peut envisager un panachage entre les deux formes de revenus. Dans ce cas, la balance penche rapidement en faveur de la SARL.

A l’inverse, un dirigeant de SAS proche de la retraite préférera se verser une rémunération, car il cotise beaucoup plus !

Il n’existe donc pas de formule toute faite pour déterminer le meilleur statut fiscal, et c’est d’ailleurs une mauvaise idée que de choisir son statut uniquement sur un tel critère :

  • la fiscalité peut changer sans prévenir,
  • il est compliqué de déterminer les bénéfices qui seront réalisés pour une entreprise en création, qui, par définition, n’a pas encore dégagé de bénéfices.
  • il existe des différences nettement plus fondamentale entre chaque statut, comme le mode de prise de décision, la facilité de revente des actions, le statut du conjoint associé…

Prenez bien en compte l’ensemble des facettes qu’offre un statut pour qu’il vous convienne, et ne vous focalisez pas sur un seul critère spécifique. N’hésitez pas à utiliser notre outil d’aide au choix de votre statut juridique pour prendre en compte d’autres éléments importants qui caractérisent votre projet.

 

Créer mon entreprise maintenant !